[Accueil www.laissey.com]
 
Géographie
Sa localisation
Ses reliefs
Ses eaux vives

Histoire
Son histoire
Ses curiosités
Ses célébrités
Ses mines de fer
Ses entreprises
Patrimoine multimédia

Photographies
D'antan
De classes
Hivernales
Printanières
Estivales
Automnales
La faune et la flore

Cours de photographie

Divers
Contact
Liens

Son histoire : le Moyen Âge et l'époque moderne
 
Pour les historiens, le Moyen Âge et l'époque moderne couvrent toute la période historique qui débute avec le déclin de l'Empire romain d'Occident au début du Vème siècle jusqu'à la Révolution française en 1789.

Cette période est marquée par de profonds changements sociétaux et politiques : invasions barbares et fondations de nouveaux royaumes, grandes découvertes scientifiques et géographiques (l'Amérique par Christophe Colomb, ...), littéraires et artistiques (construction des cathédrales et Renaissance).

Sommaire
De l'Antiquité à la Révolution française
Vème
au
VIIIème
siècles
[Comté de Varais] Fondé par les Burgondes dans le courant du Vème siècle, le Comté de Varais ou comté de Warasch est l'un des cinq composants de la Franche-Comté avec les Comtés d'Escuens, d'Amaous, de Port et la ville de Besançon.

Il s'étend du nord au sud de Rougemont à Poligny et d'est en ouest des sommets des monts du Jura jusqu'aux rives du Doubs. Baume-les-Dames est sa capitale.

Cette organisation subsiste jusqu'en 870 date à laquelle Louis II de Germanie et Charles II le Chauve se partagent le royaume de Lothaire II.

Le Comté de Varais ou comté de Warasch compte parmi ses gens de noblesse les familles de Montbéliard, de la Roche et de Montfaucon ainsi que les baronnies d'Arguel, de Salins, de Granges, de Cusance, de Belvoir, de Rougemont, de Neuchâtel-Bourgogne et de Scey.

   
1105 Premier signalement d'un château sur le Pic d'Aigremont sous le nom d'Acrimons dans une bulle (édit) du pape Pascal II.
   
[Le Pic d'Aigremont]
Le Pic d'Aigremont (557 mètres) et le château de Roulans (15 mai 2005).
   
XIIème
siècle
Édification du château de Roulans composé d'un quadrilatère flanqué aux quatre coins de tours rondes. Aujourd'hui, une seule tour et un seul bâtiment subsistent après les destructions et les pillages de 1793.
   
[Le chasteau de Roullant vers 1735]
Dessin du « Chasteau de Roullant » vers 1735.
   
1188 Le château du Seigneur Jean d'Aigremont se dresse sur le Pic d'Aigremont (en lieu et place de l'actuelle chapelle Notre-Dame d'Aigremont).

Le Seigneur d'Aigremont est un vassal du Seigneur de Montfaucon qui possède 120 villages dont Roulans.

   
1189
-
1192
⛪ 🪖 Troisième croisade avec les Seigneurs Jean et Maurice d'Aigremont (père et fils) et l'archevêque de Besançon.
   
1245
[Blason famille de Montfaucon]
Blason famille de Montfaucon.
Le Comte Jean Ier de Chalon dit Jean de Bourgogne (≈1190 - 1267), Comte de Nevers et de Rethel, fait don à son neveu Amédée III de Montfaucon (12?? - 1280), Seigneur de Montfaucon, d'Orbe et d'Échallens, de diverses terres parmi lesquelles le fief de Lacé. Il prend la suite de Guillaume de la Tour Saint-Quentin, Archevêque de Besançon, qui avait la charge de ces terres auparavant.

Bien que la situation féodale soit assez compliquée à démêler, dès cette date jusqu'à son entrée en 1712 dans la famille Lallemand, le fief de Laissey restera plus ou moins sous la dépendance directe des Seigneurs de Montfaucon au gré des acquisitions, mariages et allégeances.

La maison de Montfaucon est une importante et puissante famille de seigneurs féodaux et médiévaux avec pour origine la seigneurie de Montfaucon (Doubs) étendue avec le temps aux Comté de Montbéliard, Comté de Wurtemberg et Duché de Wurtemberg. Du début du XIème à la fin du XVème siècles, la famille de Montfaucon domine les plateaux du nord-est de la Franche-Comté, de Besançon à Montbéliard.

 

Quelle différence entre une seigneurie et un fief ?


Une seigneurie est l'ensemble des terres (champs, prés, vignes, bois, ...) exploité sous la direction et dans l'intérêt d'un seigneur, d'un monastère ou d'un évêché. A la fin du XVIIIème siècle, la France compte entre 40 000 et 50 000 seigneuries. Soit, plus que de villes et villages aujourd'hui !
 
Un fief est une terre ou un revenu immobilier concédé par un seigneur à un vassal en échange d'une obligations de fidélité et de services envers lui. Si le seigneur garde la propriété ou la rente du bien, le vassal en a la propriété utile et perçoit les revenus générés.

   
1254 Première mention du château de Vaîte. En 1256, il passe avec le village de Champlive sous la tutelle du Seigneur Amédée III de Montfaucon.
 

Toponymie du nom Vaîte


En langue celtique, Wedd ou Wett signifie cime ou château situé sur la cime d'un roc élevé. Le nom Vaîte peut également indiquer un guet (Wacta) ou une vigie (Gaita en gascon).

   
[Château de Vaîte]
Les ruines du château de Vaîte : une tour et un rempart. La vue est superbe
et justifie pleinement son emplacement stratégique (avril 2005 et août 2020).
   
1257 L'abbé Humbert de la Grâce-Dieu notifie l'accord survenu entre les gens de Roulans, d'Aigremont, de « Parlante » (Palente ?) et de Lacé sur les droits et les limites des territoires des châteaux de Roulans et d'Aigremont. Il clarifie les droits seigneuriaux sur les différentes terres.

La même année, les chevaliers Pierre de Roulans, Guy de Roulans, Othe de Lacé et Othe de Vaites certifient que les hommes de Monseigneur Girard de la Tour, de Besançon, relèvent du Seigneur de Roulans.

   
1305 Le château du Seigneur d'Aigremont est détruit.

Les Seigneurs Fauque de Silley, Hugues d'Aïssey et Jean de Vercel déclarent être des hommes de Gauthier II de Montfaucon (≈1250 - 1309) et tenir de lui des biens à Lacey et dans d'autres localités avoisinantes.

   
1309 La fille unique du Seigneur Guillaume de Roulans (? - 1360) se marie avec Jean Ier de Vienne, Sire de Mirebel et grand-père du célèbre Amiral Jean de Vienne.

Avec ce mariage, le château de Roulans passe dans la famille des de Vienne.

   
[Château de Roulans]
Le château de Roulans et sa tour. A sa base, une oubliette avec une étroite ouverture par laquelle
on descendait les prisonniers au moyen d'une corde passée sous leurs bras (20 août 2021).
   
1313 Jacques de Roche fait don d'une vigne à Lacev (certainement Lacey), au lieu-dit « La Plante » (actuelle Malle Planche), à l'abbaye de la Grâce-Dieu avec l'autorisation de Jean II de Montfaucon (? - 1318).
   
1325
ou
1335
ou
1341
[Timbre Jean de Vienne]
Timbre émis en 1941 pour le sixième centenaire
de la naissance de l'Amiral Jean de Vienne.
Naissance à Dole du futur Amiral Jean de Vienne qui passera son enfance au château de Roulans. Il deviendra Seigneur de Roulans à la mort de son père.

Il décédera le 25 septembre 1396 lors de la bataille de Nicopolis en Bulgarie au cours de la croisade du Roi Sigismond de Hongrie contre l'Empire ottoman.

   
1336
[Blason Maison de Neufchatel]
Blason Maison de
Neu(f)châtel-Bourgogne.
Le Seigneur de Neuchâtel reçoit l'hommage de Jean de Lacey pour les biens qu'il possède à Feule, Neuchâtel et Vermondans.

Au cours des XIVème et XVème siècles, la famille de Neu(f)châtel-Bourgogne, originaire de Neuchâtel-Urtière (Doubs), occupent l'un des tous premiers rangs parmi les Seigneurs de la Franche-Comté ou Comté de Bourgogne. Ils possèdent jusqu'à 400 vassaux tant dans la région que du côté de la Suisse et de l'Alsace dont les maisons de Belvoir, Cusance, Montby, Montjoie-le-Château, Montmartin, Mont-Voucy, Rougemont, Uzel, ...

   
1348 😷 La peste noire ravage la région, en particulier la ville de Baume-les-Dames. Cette deuxième pandémie de peste décime entre 30 et 50 % de la population européenne en cinq ans (entre 1347 et 1352).
   
1360 🪖 Alors que l'épidémie de peste est encore présente, la Guerre de Cent Ans (1337 à 1453) fait rage et les Anglais pillent la région.
   
1366 Renaud II, fils de Henry de Leugney et Jeannette de Roulans, Sire de Leugney et de Landresse, hérite du château de Leugney et de ses terres de Lacey.
   
1370 Le Seigneur de Neuchâtel reçoit l'hommage du châtelain Thiébaud de Laissey pour les biens qu'il possède à Feule, Pont-de-Roide et Vermondans.

Cet hommage sera renouvelé en 1378 par son fils Guillaume de Laissey.


Un châtelain est un agent féodal nommé par un Duc ou un Comte pour faire respecter ses prérogatives et ses droits dans ses seigneuries. C'est un fonctionnaire avant l'heure et marque une évolution de l'organisation féodale vers une organisation étatique.

1390 Mention d'une Maison de Guillaume de Vernanlois, marchand, et de Guillemin de Laissey, vigneron.

Guillaume de Vernantois reconnaît devoir aux religieux de l'Abbaye de Saint-Vincent à Besançon un cens (redevance foncière) de cinq sols.

   
XIVème
siècle
⛪ Intrigué, car l'un de ses bœufs gratte et lèche le sol toujours au même endroit, un vacher creuse et découvre une statuette de la Vierge Marie au sommet de la colline d'Aigremont.

Il décide de la rapporter au village de Roulans et de la déposer dans l'église, mais la statuette revient seule dans les ruines du donjon du château. A chaque fois qu'il l'a redescend au village, elle retourne au sommet de la colline. Y voyant un signe divin, les habitants décident d'édifier une chapelle, Notre-Dame d'Aigremont, pour y laisser et abriter la statuette à demeure.

Depuis cette date, un pèlerinage est organisé tous les premiers dimanches qui suivent l'Assomption le 15 août.

   
[Chapelle Notre-Dame d'Aigremont]
La chapelle Notre-Dame d'Aigremont au sommet du pic du même nom (15 octobre 2023).
   
1412 L'écuyer Jean d'Amance déclare tenir en fief de Henri de Montbéliard (1360 - 1396), Seigneur de Montbéliard, tout ce qu'il possède à Laissey et appartenir à la seigneurie de Montfaucon.
   
1440 Odette, veuve de Guillemin de Laissey, sa fille Cécile et Huguenin de Laissey reconnaissent devoir aux religieux de l'Abbaye de Saint-Vincent à Besançon le jour de la circoncision de Jésus un cens annuel de trois florins pour une maison située Rue Saint-Vincent à Besançon entre le meix Jean-Michel et le meix Henry Garnier.
 

jour de la 
circoncision 
de Jésus : 
ancienne fête liturgique célébrée par les Églises catholique et orthodoxe chaque 1er janvier.
cens :  redevance foncière due au seigneur qui possède des titres sur la terre.
meix :  habitation rurale avec dépendances et attenante à un jardin ou verger.
Rue 
Saint-Vincent : 
actuelle Rue Mégevand à Besançon.

1441 Lambelet Vernier, recteur de l'hôpital Saint-Esprit de Besançon, prête de l'argent à un dénommé Perrin de Laicey, écuyer, qui, en échange, lui laisse toutes ses propriétés en gage.
   
27 juin
1453
Une réclamation est déposée par Catherine de Munans (Mugnans ?), femme de Thiébaud de Lessey, écuyer, à propos de son sujet mainmortable Jean Guyot, alias Pillot, établi à Besançon.
   
1476
[État bourguignon]
État bourguignon sous Charles le Téméraire.
🪖 Dans le cadre des révoltes contre la domination bourguignonne de Charles le Téméraire (1433 - 1477), Lorrains et Suisses se livrent au pillage de la région et incendient la ville de Baume-les-Dames.

L'État bourguignon est un agrégat de principautés féodales (duchés, comtés et seigneuries) regroupant notamment le Duché de Bourgogne, le Comté de Bourgogne (la Franche-Comté), le Duché de Lorraine, le Duché du Luxembourg, le Comté de Flandre, ...

Après la défaite et la mort de Charles le Téméraire, ces duchés et comtés seront en partie transmis à la maison de Habsbourg, notamment Charles Quint.

   
1480 🪖 Le château de Vaîte est incendiée par les troupes de Louis XI.
   
XVème
siècle
Étant inoccupé depuis de très nombreuses années, Jeanne de Montfaucon fait don des ruines du château d'Aigremont et d'une partie des forêts à la communauté des habitants de Roulans moyennant le paiement d'un cens (redevance) annuel.
   
1517 Claude Plantamour, meunier à Laissey, loue à Claude Barret de Deluz une prairie « Aux Barres ».
   
1518
[Blason famille de Mugnans]
Blason famille de Mugnans.
Claudine d'Amance épouse Thiébaud de Mugnans (? - 1535), Sire de Mugnans, Seigneur de Rosey et Chevalier de Saint-Georges (élevé en 1518). Elle lui apporte en dot son fief de Laissez toujours dépendant de Montfaucon.

Leur fils Jean de Mugnans (? - 1578) et leur petit-fils Jean-Claude de Mugnans (? - 1624) seront à leur tour Seigneur de Laissey.

La famille de Mugnans est une ancienne maison qui a la charge de Capitaine-gouverneur de la Franche-Montagne (plateau compris entre la Vallée du Doubs et la Vallée du Dessoubre). Ils possèdent les titres des comtés, villes et châteaux de Maîche, La Roche et Saint-Hippolyte. Ils sont Seigneurs de Belleherbe, Charmoille, Chassey, Cour-Saint-Maurice, Ébey, Fleurey, Le Friolais, La Grange, Saint-Mauris et Vaucluse. Entre 1506 et 1590, la famille a été admise quatre fois à l'Ordre de Saint-George du Comté de Bourgogne (Franche-Comté).

   
1522 Jean Lallemand (1470 - 1560) rachète la seigneurie de Bouclans et est titré baron de Bouclans en Comté. La seigneurie de Vaîte et le château associé deviennent sa propriété.

Moins connu qu'un autre illustre Franc-comtois, Nicolas Perrenot de Granvelle (1486 - 1550), Jean Lallemand fut conseiller de Marguerite d'Autriche puis secrétaire d'État de Charles Quint. Cible d'intrigues politiques, accusé de trahison et de trafic d'influence, il est écarté par l'empereur en 1528. Bien qu'acquitté lors de son procès, il ne retrouvera jamais sa position sociale et se retire en Franche-Comté dans ses nombreux domaines.

   
[Blason et signature de Jean Lallemand]
Blason et signature de Jean Lallemand (paraphe du 27 juin 1521 à Bruxelles).
   
années
1560
Guillaume Lallemand (1542 - ?) , fils de Jean, reconstruit le château de Vaîte en ruines depuis 1480 et le passage des troupes de Louis XI.
   
1568 La demoiselle Claude d'Amance habite un manoir au centre du village de Laissey. Situé à l'emplacement de l'ancien passage à niveau au centre du village, il sera détruit lors de la construction de la ligne de chemin de fer.

Cette noble dame fait à l'église de Deluz une fondation de deux messes basses pour chaque semaine de l'année :

  • le lundi, pour le repos de l'âme de ses parents défunts ;
  • le vendredi, en l'honneur des Cinq plaies du Christ.
Enfin, le samedi, une Salve Regina, une prière dédiée à la Vierge Marie, doit être récitée et marquée par trois coups de cloche, le tout pour la somme de 9 francs.

Le curé de l'époque, Georges de Bressé, bachelier en théologie, a la possibilité de célébrer ces deux messes soit à l'église paroissiale, soit à la chapelle du manoir. Dans ce dernier cas, il a droit pour chaque déplacement à Laissey à une collation.

Claude d'Amance eut pour héritiers la famille de Mugnans puis la famille de Contréglise.

   
2
janvier
1584
Veuve depuis 1535, Claudine d'Amance signe au nom de ses fils l'acte Extrait du dénombrement de la terre et seigneurie de Laissey et Deluz dépendant du fief de Montfaucon.
...divers meix, maisons, terres arides, prels, vignes et autres héritages de la seigneurie de Laissey, mouvant et dépendant du fief et hommage de Sa Majesté à cause de Montfaucon.
Extrait du dénombrement de la terre et seigneurie de Laissey et Deluz
2 janvier 1584
Il mentionne également que la présence de moulins à Laissey et Deluz sans plus de précision.
 

meix :  habitation rurale avec dépendances et attenante à un jardin ou verger.
prels :  prés.
mouvant :  terres qui relèvent d'un autre fief.

   
XVème
siècle
Afin de faciliter les liaisons entres les plateaux de Roulans et de Bouclans, la traversée du Doubs à Laissey s'effectue grâce à l'utilisation d'un bac mu à la rame situé près du moulin de "La Chevanne".

Quelques ponts en bois ou en pierres existent à Baume-les-Dames et à Besançon, mais cela nécessite un détour de plusieurs heures.

En 1584, les tarifs de passage sont les suivants :


un homme
 
un engrogne

un homme et un cheval
 
5 deniers
 

une charrette
 
10 deniers

un chariot non ferré
 
15 deniers

un chariot ferré
 
20 deniers
[Carte de Cassini]
Carte de Cassini, établie au milieu du XVIIème siècle, et portant la mention "Bac" à Laissey.
   
1611 La région connaît un certain répit sous le règne de Philippe IV d'Espagne grâce au renouvellement par l'archiduchesse Isabelle d'Espagne du pacte de neutralité entre la France et la Franche-Comté.
   
1627 ⛪ Situé aujourd'hui à l'entrée de l'impasse Malle Planche, le plus ancien monument de Laissey avéré est un calvaire qui, avec son piédestal, mesure environ deux mètres de haut.

Aujourd'hui vide, une petite niche, au centre des croisillons, devait contenir une petite statue ou une plaque métallique gravée représentant le Christ ou la Vierge Marie.

Ses origines restent inconnues... Est-ce une croix de peste ou mémorial ? Une croix de chemin ? Destinée à lutter contre un quelconque ravage ? Ou, a-t-elle plus simplement été déménagée de la chapelle du manoir de la famille Simon avant sa démolition lors de la construction de la ligne ferroviaire de Dijon à Mulhouse dans les années 1850 ?

   
[Calvaire]
Calvaire, daté de 1627, à l'entrée
de l'impasse Malle Planche (30 janvier 2011).
   
1634 ⛪ Une chapelle dédiée à Sainte-Anne et Saint-Sébastien est construire au sein du château de Vaîte par Henri Lallemand, Baron de Lavigny.
   
1634
-
1644
[La France en 1601]
Le Royaume de France en 1601.
La Franche-Comté est rattachée aux Habsbourg et à la maison d'Autriche et d'Espagne. Cette situation ne convient guère à son puissant voisin, le royaume de France.

🪖 Décidée par Louis XIII, poussé par le cardinal de Richelieu prétextant que Besançon avait accueilli Gaston d'Orléans qui complotait contre l'ecclésiastique avec le comte de Soissons, la Guerre de Dix Ans éclate.

Épisode comtois de la guerre de Trente Ans (de 1618 à 1648), la Franche-Comté est confrontée à la famine et de nombreux Francs-Comtois fuient la faim et se réfugient en Savoie et en Suisse.

En 1637, les Français pillent la ville de Baume-les-Dames.

Occupé par les armées suédoises au début du conflit, le château de Vaîte subit en 1639 le siège des troupes comtoises.

   
1655 Un acte répertorie tous les biens possédés par l'abbaye Saint-Paul de Besançon, dont des terres à Laissey, avec les charges et taxes afférentes.
   
1657 Sur ordre des Princes du Comté de Bourgogne, le premier recensement avéré des habitants du village (à deux et quatre pattes !) donne le détail suivant :
  • 17 feux (foyers) composés de 18 hommes, 19 femmes et 60 enfants soit 97 habitants.
  • 2 valets et 3 servantes.
  • 12 chevaux, 18 bœufs, 20 vaches, 6 veaux, 40 moutons et 14 porcs.
  • familles existantes : Barbe, Baudot, de Contréglise, Courtot, Daylyo, Plantamour, Puret, Ravot et Thiébaud.

Par comparaison avec les villes et villages voisins, ce même recensement donne :

  • Besançon : 13 361 habitants.
  • Baume-les-Nonnes : 886 habitants.
  • Roulans : 143 habitants.
  • Bouclans : 85 habitants.
  • Osse : 70 habitants.
  • Pouligney : 28 habitants.
   
17
septembre
1678
[Traité de Nimègue]
Signature du Traité de Nimègue
(Henri Gascar, Valkhof Museum).
🇫🇷 Le Traité de Nimègue est signé entre le royaume de France et l'Espagne. La Franche-Comté est définitivement rattachée à la France.

Du fait de sa situation géographique, elle devient une plaque tournante de la contrebande de nombreuses marchandises entre l'Alsace, la Suisse et l'intérieur du royaume.

 

Comment les Francs-Comtois sont-ils devenus français ?


L'identité comtoise, née au haut Moyen-âge dans un royaume burgonde où l'on parlait le franco-provençal, se renforce à la faveur de la relative autonomie dont dispose ce territoire loin des ses maîtres espagnols ou romains-germaniques.
 
Les Comtois se sentent libres et n'ont aucune envie de se soumettre à une royauté absolue. C'est la paix et la prospérité du siècle des Lumières qui les fait progressivement changer d'opinion avant que la Révolution en 1789 ne les élève définitivement au rang de citoyens français.

1688 Avec 89 habitants, la population est à son niveau le plus bas jamais recensé :
  • 15 feux (foyers) et 14 maisons composés de 19 hommes, 17 femmes et 47 enfants y compris 3 valets et 3 servantes
  • 6 chevaux, 12 bœufs, 21 vaches, 29 moutons et 16 porcs.
   
25
mars
1700
La Déclaration et figures des bois de la communauté de Laissez précise l'existence d'un moulin, de vignes et d'autres champs dit « en Champrond ».

Les habitants de Laissey déclarent par cette lettre qu'ils n'ont aucun bois de futaie ou taillis, mais seulement deux montagnes couvertes de rochers et de broussailles et qu'il ne peut y croître un bois plus gros qu'un pouce.

Cette déclaration a été rédigée par écrit par le Sieur Gonon de Baume, les habitants étant tous « illiterrés » (illettrés)...

   
[Plan 25/03/1700]
« La coste de Dela l'Eau » d'une contenance de quarante arpents comprise entre
« le chatau et la forest de vaytte », « la rivière du doux » et « un rocher appellé la dent ».
   
[Plan 25/03/1700]
« La coste de Souvance » d'une contenance de cent arpents comprise entre « les champs et vignes
de tremont », « les champs dit en champrond », le moulin et « les champs et vignes de Laissé ».
   
1704 ⛪ La chapelle Notre-Dame d'Aigremont est restaurée par l'abbé Lorimier aidé de ses paroissiens.
   
1712 Le Baron Iselin de Lanans cède la seigneurie de Laissey à Charles-Baptiste Lallemand, Baron et Seigneur de Vaîte, pour 28 500 francs ou 19 000 livres.
   
1755 Le recensement effectué donne le détail suivant :
  • 124 habitants (sans plus de précision).
  • 3 charrues.
  • 27 bêtes à cornes, 20 moutons et 12 porcs.
  • familles existantes : Barbe, Berceot, Corrotte, Courtot, Dessirié, Goux, Henri, Perrenin, Pusset et Thiébaux.
  • Jean-Denis Corrotte est vigneron à Lassé.
Tous les habitants de Laissey, sauf un, sont encore mainmortables. A leur mort, ils ne peuvent transmettre leurs biens en héritage qui reviennent directement à leur Seigneur, le Comte de Lallemand...

Les terres sont également concernées sauf cinq journaux de terres labourables, quatre journaux de prés et vergers et trente ouvrées de vignes dits francs.

   
1777 Les moulins, les usines et les dépendances sont en ruines. Dans un acensement (concession de la jouissance d'une terre moyennant une redevance), un éventuel repreneur doit s'engager à :
...moudre tous les grains nécessaires au seigneur, riber ses chanvres, huiler ses huiles et dans le cas que le preneur construirait une rasse, seront tenu de rasser les planches dont le seigneur pourrait avoir besoin.
Acensement de 1777

acensement :  désigne, sous l'Ancien Régime, la concession de la jouissance d'une terre moyennant une redevance, le cens.
ribe :  meule servant à broyer le chanvre.
rasse :  scie en ancien français. Rasser veut dire scier.

mars
1789
🇫🇷 Laissey compte seulement une centaine d'habitants. 23 chefs de famille se réunissent en assemblée générale pour établir leur cahier de doléances demandé par le bailliage de Baume-les-Dames en vue des futurs États généraux du 5 mai 1789.

Les villageois font état que le Baron de Lanans s'est emparé d'une partie de leurs biens et des titres d'un procès en cours. Leur Seigneur, le Comte de Lallemand, fait valoir ses propriétés et ne paie plus que la moitié de ce qu'il leur doit.

La Révolution française se prépare...

Toponymie du nom Laissey : Lacé, Lacey, Laicey, Lessey, Laissé, Laissez, Lassé, Laissey
De la première apparition du nom Lacé en 1245, Lacey en 1305, Laicey en 1462, Lessey en 1472, Laissez en 1518, Laissé et Laissez en 1700, Lassé en 1755, le nom de Laissey a été retranscrit de bien des manières dans les documents officiels avant de nous arriver sous sa forme contemporaine. Il faut dire que l'écriture était souvent faite en phonétique, car finalement, tous ces mots veulent bien dire la même chose : Laissey !
Si un toponyme doit permettre d'identifier très précisément un détail géographique localisé, il n'a pas été attribué par l'homme de façon arbitraire, mais dans un souci de description du paysage et d'évocation des activités que les habitants y exerçaient.
André Pégorier
Les noms de lieux en France - Glossaire de termes dialectaux
Institut national de l'information géographique et forestière (2006)
La toponymie du nom Laissey peut venir du roman « laxaeus » dont la signification est inconnue.

Comme l'a étudié l'abbé Claude Gilles, « Lacey » peut également être rapproché des mots « Lach » en hébreu, « Lacca » en persan, « Laggos » en grec, « Lago » en latin et en espagnol qui se traduisent en français par « Lac ». Ce dernier exprime l'idée d'une eau dormante ce qui sied bien à la grande boucle du Doubs qui encercle le Mont Souvance.

« Lacé » ou « Lacey » sont aussi très proches en terme de phonétique du nom « Lacet » décrivant ainsi les méandres du Doubs lors de sa traversée du village jusqu'à Deluz.

Enfin, une analogie peut être effectuée avec la commune de Lessay (Manche), semblable en termes de prononciation de Laissey. Lessay s'appelait Exaquium en 1056, latin tardif qui s'apparente au verbe « exaequare » avec comme probable origine l'ancien français « essever » qui signifie « s'écouler ». Là encore, l'analogie avec le Doubs qui coule paisiblement dans la vallée est évidente.


[Plan 25/03/1700]
La Déclaration et figures des bois de la communauté de Laissez du 25 mars 1700.
On y trouve également la locution phonétique
«  La rivière le Doux  »...
Bibliographie et crédits photographiques
  • Dénombrement de la terre et seigneurie de Laissey et Deluz (2 janvier 1584).
  • Déclaration et figures des bois de la communauté de Laissey (25 mars 1700).
  • Essai sur l'histoire des bourgeoisies du roi, des seigneurs et des villes (M. Droz, Claude-Joseph Daclin imprimeur du Roi, 1760).
  • Essai sur l'histoire de la Franche-Comté, volume 1 (Édouard Clerc, 1840).
  • Recherches historiques et statistiques sur l'ancienne Seigneurie de Neuchâtel, au Comté de Bourgogne (Abbé Richard, curé de Dambelin, Imprimerie Charles Deis, 1840).
  • Histoire de la Franche-Comté ancienne et moderne (Eugène Rougebief, 1851).
  • Recueil général des généalogies historiques des maisons nobles de France, tome 6, première partie (M. de Saint-Allais, Libraire Bachelin-Deflorenne, 1874).
  • Inventaire sommaire des archives départementales antérieures à 1790 (Jules Gauthier, Imprimerie Paul Jacquin, 1900).
  • Archives ecclésiastiques, Abbaye de Saint-Vincent à Besançon (Maurice Pigallet, Imprimerie Jacques et Demontrond, 1923).
  • Histoire de Deluz et Laissey (abbé Claude Gilles, 1968).
  • Quand la Franche-Comté était espagnole (Jean-François Solnon, Fayard, 1989).
  • L'encyclopédie de la Franche-Comté (Jean Boichard, Éditions la Manufacture, 1991).
  • Soins, secours et exclusion (Nicole Brocard, Presses universitaires de Franche-Comté, 1998).
  • La Franche-Comté au temps des Archiducs Albert et Isabelle (Paul Delsalle, Presses universitaires de Franche-Comté, 2002).
  • Charles Quint et La Franche-Comté (Portraits et lieux de mémoire) (Paul Delsalle, Éditions Cêtre, 2008).
  • ensemble des articles Wikipédia concernant l'histoire de Baume-les-Dames, de Besançon et de la Franche-Comté ainsi que tous ceux concernant divers éléments ou faits historiques.
  • nombreuses notes (précieuses !) de monsieur Guy Racine.
  • articles du quotidien L'Est Républicain.
  • articles des bulletins municipaux du village de Laissey.
  • crédits photographiques :
    • droits réservés pour les ayants droit non identifiés.
    • blasons famille de Montfaucon, famille de Mugnans et Maison de Neu(f)châtel-Bourgogne : Wikipédia.

 
Dernière mise à jour : le 18 février 2024