[Accueil www.laissey.com]
 
Géographie
Sa localisation
Ses reliefs
Ses eaux vives

Histoire
Son histoire
Ses curiosités
Ses célébrités
Ses mines de fer
Ses entreprises
Patrimoine multimédia

Photographies
D'antan
De classes
Hivernales
Printanières
Automnales
La faune et la flore

Cours de photographie

Contact
Contact
Liens

Ses entreprises : le moulin et l'usine de tissage Gentelet
 
Dès le XVIème siècle, l'utilisation de l'énergie hydraulique des eaux du Doubs permit à un moulin puis à un atelier de tissage de s'installer sur l'actuel emplacement de l'usine Bost. Cette dernière occupa le site pour les mêmes raisons.
Sommaire

 

Rubrique en construction...


Cet article est en cours d'écriture et va s'enrichir au fil des semaines de nouvelles informations, plans et photographies. Merci de votre compréhension.

Le moulin
Les premières preuves de l'existence d'un moulin remontent à l'acte Extrait du dénombrement de la terre et seigneurie de Laissey et Deluz daté du 2 janvier 1584. Il mentionne la présence de moulins à Deluz et Laissey, sans plus de précision.

Il faut attendre le 27 mars 1700 pour trouver une description un peu plus complète de l'environnement du moulin :

...joignant des vignes du même nom et par des autres champs dit en Champrond au joignant du moulin et de midi par les champs et vignes de Laissey...
Déclaration et figures des bois de la communauté de Laissey - 27 mars 1700
En 1777, les moulins, les usines et les dépendances sont en ruines. Un éventuel repreneur s'engagerait à :
...moudre tous les grains nécessaires au seigneur, riber ses chanvres, huiler ses huiles et dans le cas que le preneur construirait une rasse, seront tenu de rasser les planches dont le seigneur pourrait avoir besoin.
Acensement de 1777

- Un acensement désigne, sous l'Ancien Régime, la concession de la jouissance d'une terre moyennant
  une redevance, le cens.
- Une ribe est une meule servant à broyer le chanvre.
- Une rasse est une scie en ancien français. Rasser veut dire scier.

Reconstruit après la Révolution française, le moulin se compose de quatre tournants à blé et d'une ribe en 1799.

Entre 1821 et 1861, Pierre Simon en est le propriétaire. L'Ordonnance du 19 février 1836 recense quatre paires de meules et une ribe auxquelles s'ajoutent une huilerie et une scierie. Ces installations mécanisées marquent les débuts de l'industrialisation du village.

Un procès verbal du 30 Juillet 1860 constate l'addition de deux meules aux installations existantes, soit un total de dix meules. Le système hydraulique se compose de six roues à aubes planes disposées dans trois coursiers et alimentées en eau par trois vannes de fond.


Le coursier d'un moulin à eau est un déversoir caréné de façon à ce que l'eau frappe les aubes des roues hydrauliques avec un rendement maximum.

Entre 1861 et 1864, Antoine Mourreau est le propriétaire du moulin.


[Plan du moulin]
Plan des installations hydrauliques du moulin composées
de trois coursiers et de six roues à aubes (années 1860).
L'usine de tissage Gentelet
En 1821, une usine de tissage mécanique de coton s'implante dans la plus pure tradition de l'industrie textile lyonnaise du XIXème siècle.

En 1861, l'industriel lyonnais François Gentelet réalise sans autorisation des aménagements sur le barrage afin d'améliorer la prise d'eau des roues à aubes. Les deux premières, situées en amont et qui mettait en mouvement deux paires de deux meules, sont remplacées par une turbine à simple couronne de 2,44 mètres de diamètre. Ces améliorations permettent l'entraînement de cinquante métiers à tisser et de machines annexes.

Le Ministère de l'Agriculture validera ultérieurement ces modifications et autorisera l'usine de tissage à maintenir en l'état ces ouvrages d'art construits illégalement.

Employant jusqu'à soixante-dix personnes, la fabrique se développe et présente sa production à l'Exposition universelle de Paris en 1878. Elle cesse pourtant son activité en 1889 victime, comme bien d'autres, de l'arrivée des textiles artificiels et de la concurrence européenne, plus compétitive.


[Illustration de l'usine vers 190X]
Illustration naïve représentant l'usine Bost vers 1900 et les bâtiments
des anciennes installations (moulin, scierie et usine de tissage).
L'usine Bost
A la fin des années 1890, pour faire face au fort accroissement de l'activité, l'entreprise Bost Frères s'installe dans les anciens locaux de l'usine de tissage. Cette transaction est facilitée par le fait que le propriétaire des bâtiments, François Gentelet, n'était autre que l'oncle de l'épouse d'Elisée Bost, Bénédicte.


[Carte postale de l'usine Bost vers 1910]
Carte postale de l'usine Bost vers 1910.


L'installation d'une turbine entraînée par les eaux du Doubs lui permet un bon technologique avec l'utilisation de petits pilons à courroies et à ressorts.

Quelques années plus tard, une centrale hydroélectrique d'une puissance de 125 ch remplace la vieille turbine. Modernisée en 1945, elle permit à l'entreprise Bost de subvenir à une partie de sa consommation jusqu'à la fin des années 1980. Depuis, appartenant à un producteur privé et à nouveau modernisée, elle produit toujours du courant électrique qui est revendu à EDF.


[Prise d'eau de la centrale hydroélectrique]
La centrale hydroélectrique et sa prise d'eau (2 août 2015).
Pour en savoir plus...
[Article historique Bost] Article dédié sur ce site à l'usine Bost de 1891 à aujourd'hui.
Bibliographie et crédits photographiques
  • Dénombrement de la terre et seigneurie de Laissey et Deluz (2 janvier 1584).
  • Déclaration et figures des bois de la communauté de Laissey (27 mars 1700).
  • Ordonnance du Roi Louis-Philippe Ier du 19 février 1836.
  • Histoire de Deluz et Laissey (abbé Claude Gilles, 1968).
  • Histoire de la soierie à Lyon sur Wikipédia.
  • archives départementales du Doubs.
  • archives du service de la navigation de Besançon Saint-Paul.
  • articles des bulletins municipaux du village de Laissey.
  • crédits photographiques : droits réservés pour les ayants droit non identifiés.

 
Dernière mise à jour : le 16 avril 2017