[Accueil www.laissey.com]
 
Géographie
Sa localisation
Ses reliefs
Ses eaux vives

Histoire
Son histoire
Ses curiosités
Ses célébrités
Ses mines de fer
Ses entreprises
Patrimoine multimédia

Photographies
D'antan
De classes
Hivernales
Printanières
Automnales
La faune et la flore

Cours de photographie

Contact
Contact
Liens

Ses curiosités : son calvaire
 
Daté de 1627, un calvaire est érigé à l'entrée de l'impasse Malle Planche. Enquête sur les raisons de sa présence en ce lieu...
Sommaire
Présentation
Daté de 1627, le calvaire est situé à l'entrée de l'impasse Malle Planche. Avec son piédestal, il mesure environ deux mètres de haut. Aujourd'hui vide, une petite niche, au centre des croisillons, devait contenir une petite statue ou une plaque métallique gravée représentant le Christ ou la Vierge Marie. Outre la mention 1627, un triangle surmonté d'une croix est gravé sur son fût.


[Calvaire]
Calvaire, daté de 1627, à l'entrée
de l'impasse Malle Planche (30 janvier 2011).


Si un triangle seul représente la Trinité (le Père, le Fils et le Saint-Esprit), l'ajout d'une croix a une signification plus complexe. En règle générale, ce symbole indique la présence d'une chapelle ou d'une paroisse. Mais, il fut aussi utilisé par les Templiers comme emblème du Golgotha, la colline à l'extérieur de Jérusalem sur laquelle les Romains crucifiaient les condamnés, puis repris par les Francs-maçons. Rien ne permet d'ailleurs d'affirmer qu'il fut tracé en même temps que l'inscription de la date. Il a pu être apposé de très nombreuses années après.


[Triangle surmonté d'une croix]
Triangle surmonté d'une croix gravé
sur le fût du calvaire (30 janvier 2011).


Les motifs de la présence de ce calvaire à cet endroit sont inconnus. Originellement, il ne se situait d'ailleurs peut-être pas en ce lieu et fut peut-être déplacé. En l'absence de documents historiques, plusieurs théories peuvent être envisagées afin d'éclaircir une partie du mystère.

Epargné par la guerre ?
Au début du XVIIème siècle, la Franche-Comté était toujours espagnole et de nombreuses guerres furent menées pour la rattacher à la France.

En remerciement d'avoir épargné le village des conflits et des ravages liés, ce calvaire a pu être dressé. Or, durant cette période, la région connut un certain répit sous le règne de Philippe IV d'Espagne grâce au renouvellement par l'archiduchesse Isabelle d'Espagne, en 1611, du pacte de neutralité entre la France et la Franche-Comté.

Décidée par Louis XIII, poussé par le cardinal de Richelieu prétextant que Besançon avait accueilli Gaston d'Orléans qui complotait contre l'ecclésiastique avec le comte de Soissons, la Guerre de Dix Ans éclata. Mais, elle eut lieu entre 1635 et 1644, soit huit ans après la date inscrite sur le calvaire.


Probabilité : 0 %

Affirmer sa foi ?
Une famille importante et aisée du village a pu faire ériger ce calvaire pour affirmer sa foi et protéger les siens. Cependant, le geste n'étant pas toujours désintéressé, le nom du commanditaire et son blason, lorsqu'il en possédait un, y étaient systématiquement gravés. Or, aucune inscription nominative n'y figure...

Probabilité : 0 %


[Détails des croisillons]
Détails des croisillons du calvaire (30 janvier 2011).
Vade retro protestantisme !
Autre piste similaire à la précédente, la lutte contre le protestantisme. Fortement présent dans le Comté de Montbéliard depuis le XVIème siècle, il fit une percée vers le sud de la Franche-Comté au début du XVIIème siècle. Une vaste campagne de remobilisation fut lancée par le clergé afin de faire revenir à elle ses ouailles égarées.

Ce calvaire peut réaffirmer l'appartenance du village à la communauté catholique, le triangle surmonté d'une croix symbolisant alors la paroisse de Deluz-Laissey.


Probabilité : 20 %

Se protéger des brigands ?
Si, en ce début du XVIIème siècle, la Franche-Comté connaissait un certain répit guerrier, cela ne signifie pas pour autant que tout était calme dans les villes et les campagnes. Bien au contraire ! Des brigands, notamment français, infestaient la région (entre 1624 et 1631, les prisons de Vesoul et de Baume-les-Dames étaient pleines de malfaiteurs). Pire encore, certaines exactions et pillages étaient dus aux soldats mal payés et inoccupés censés protéger les populations locales et qui arrondissaient ainsi leur fin de mois.

Ce calvaire a pu dissuader les bandits de grand chemin de jeter leur dévolu sur le village.


Probabilité : 30 %

Une croix de peste ?
En remerciement pour avoir préservé le village d'une épidémie de peste ou pour s'en protéger, les villageois ont pu ériger cette croix de peste ou anti-pesteux.

Or, ce calvaire ne présente pas les caractéristiques architecturales inhérentes à ce type de croix. Son fût ne porte pas de traces de croisillons à écots (excroissances ressemblant à des bourgeons) symbolisant les bubons de la peste...

Cependant, si au cours du XVIIème siècle la Franche-Comté subit deux grandes épidémies de peste, en 1636 puis en 1657, cette maladie fut endémique durant toute cette période. Ainsi, en 1612 puis en 1629, elle frappa durement la ville de Baume-les-Dames, proche de quelques kilomètres de Laissey.


Probabilité : 50 %

Lutter contre les intempéries ?
On a toujours tendance à penser que le temps s'est détraqué ces dernières années. Mais, sans se prendre pour un grand climatologue ou nier certaines réalités, la lecture de textes anciens révèle souvent bien des surprises à ce sujet et montre que les phénomènes que nous croyons exceptionnels aujourd'hui existaient déjà il y a quelques siècles...

Ainsi, si la première moitié de l'année 1626 fut dominée par les pluies (fortes inondations à Baume-les-Dames le 16 août), la seconde moitié fut excessivement chaude. Le mois de novembre fut même exceptionnel. Le 25 du même mois, Madame la Comtesse de Cantecroix montrait à ses visiteurs de grosses fraises mures cueillies dans son jardin.

A contrario, l'année 1627 fut une vraie calamité : le printemps fut froid et l'été pluvieux. Les cultures furent grandement touchées, en particulier les vignes dont les raisins étaient encore en floraison au mois de juillet. Elles furent vendangées seulement début novembre. La famine guettait.

Laissey étant un pays de vignes et d'agriculture modeste (quelques céréales), ce calvaire était peut-être destiné à calmer le bon Dieu devant tant d'acharnement à détruire le peu de culture qui poussait...


Probabilité : 70 %


[Date gravée]
Année gravée sur le piédestal du calvaire (30 janvier 2011).
Une croix mémorial ?
Ce calvaire fut peut-être tout simplement construit en tant que témoin d'un événement particulier, bon ou mauvais, qui eut lieu en cet emplacement durant l'année 1627 : assassinat d'une personne, "miracle", ... Cette pratique était en effet fort courante à l'époque pour ne pas oublier l'événement ou afin d'exorciser le lieu.

Probabilité : 70 %

Une croix de chemin ?
Sise sur l'un des chemins pédestre permettant de se rendre à la chapelle de Notre-Dame d'Aigremont située à Roulans, ce calvaire a pu guider les pèlerins et les protéger de l'inconnu et des mauvaises rencontres. Le triangle surmonté d'une croix symbolise alors cette chapelle.

Probabilité : 80 %

Un déménagement ?
En 1568, une demoiselle Claude d'Amance habitait un manoir se trouvant à l'emplacement de l'ancien passage à niveau, au centre du village de Laissey.

Cette noble dame faisait à l'église de Deluz une fondation de deux messes basses pour chaque semaine de l'année :

  • le lundi, pour le repos de l'âme de ses parents défunts ;
  • le vendredi, en l'honneur des Cinq plaies du Christ.
Enfin, le samedi, une Salve Regina, une prière dédiée à la Vierge Marie, devait être récitée et marquée par trois coups de cloche, le tout pour la somme de 9 francs.

Le curé de l'époque, Georges de Bressé, bachelier en théologie, avait la possibilité de célébrer ces deux messes soit à l'église paroissiale, soit à la chapelle dudit manoir. Dans ce dernier cas, il avait droit pour chaque déplacement à Laissey à une collation.

Claude d'Amance eut pour héritiers la famille de Mugnans puis la famille Contréglise.

Quel rapport avec le calvaire ? Appartenant à la famille Simon, le manoir fut détruit lors de la construction de la ligne ferroviaire de Dijon à Mulhouse dans les années 1850. Le calvaire était peut-être tout simplement la croix de la chapelle de la belle demeure et, lors de sa démolition, les ouvriers, très respectueux de cet objet religieux, l'ont tout simplement préservé et déplacé de quelques dizaines de mètres sur le lieu où il se trouve actuellement.


Probabilité : 90 %

Conclusion
Parmi toutes celles citées, quelle est l'hypothèse la plus vraisemblable ? Malheureusement, en l'absence d'archives probantes sur ce calvaire, à chacun de se faire sa propre opinion.

Cependant, la probabilité d'un déménagement du calvaire du manoir de la famille Simon avant sa démolition est une hypothèse réaliste. En effet, il ne faut pas oublier un élément important qui vient appuyer cette thèse : un triangle surmonté d'une croix est gravé sur le fût du calvaire. Or, cet emblème indique la présence d'une chapelle. Celle du manoir ?


[Triangle surmonté d'une croix]
Le triangle surmonté d'une croix gravé sur le fût
du calvaire symbolise-t-il la chapelle du manoir ?
Bibliographie
  • La Franche-Comté au temps des Archiducs Albert et Isabelle (Paul Delsalle, Presses universitaires de Franche-Comté, 2002).
  • ensemble des articles concernant les calvaires sur Wikipédia.

 
Dernière mise à jour : le 16 avril 2017